Le grand voyage des oies

23 mars 2017. Je rêve que je suis passagère dans une voiture, assise sur la banquette arrière. Le conducteur nous fait traverser la ville de Montmagny. De mon poste d’observatrice du paysage, à travers la fenêtre, je vois des oies blanches partout au sol. Le grand voyage des oies est commencé. Je suis contente d’entendre leurs cris… Au réveil, je souris à la pensée que c’est un signal. Elles arrivent bientôt! Je pourrai peut-être enfin réaliser le travail de création que je désire faire avec elles.

17 avril 2017. Me voilà débarquée sur l’Isle-aux-Grues pour un week-end, où j’ai le loisir d’observer mes premières blanches de l’année! Je suis heureuse de pouvoir m’imprégner de leur présence autant que du décor qui les entoure. Je reviens chez moi satisfaite, espérant que le printemps me fera l’honneur de les revoir avant qu’elles poursuivent leur tracé migratoire vers le Nord.

Crédit photo: Marie-Claude O’Hearn

4 mai 2017. Parce que ce matin j’ai ressenti l’appel des oies, je ne me suis pas posé de question et j’ai pris la route vers Baie-du-Febvre. Je me trouve maintenant au cœur de la Réserve mondiale de la Biosphère du lac St-Pierre, reconnue comme étant une importante halte migratoire pour la sauvagine. Les grandes oies des neiges sont sur la fin de leur croisade ici, donc je ne peux pas m’attendre à voir de grands rassemblements… Mais je fais tout de même de belles rencontres.

Je discute longuement avec un homme que j’ai croisé sur les berges. Admirateur de la faune ailée, il me parle de ses voyages et me partage quelques photos. Je perçois l’étincelle du nomade solitaire dans son regard, ainsi qu’une sensibilité au monde qui l’entoure. Il finit par me soulever ses inquiétudes face à l’équilibre des écosystèmes et à l’avenir que nous laissons à nos enfants. Nous avons une belle conversation à ce sujet, qui me touche beaucoup.

Avant de repartir chacun de notre côté, il ouvre la portière de son auto et me montre le gros sac de déchets qu’il a ramassé dans les environs. Nous reprenons notre route, bien impuissants face à l’insouciance de l’humain dans cette société de consommation… Cela nous désole que la majeure partie de la population ne se sente pas concernée par l’état de santé précaire de notre terre… Mais nous avons tout de même chacun le sentiment de faire notre part, si petite soit-elle, pour améliorer son sort. Accomplir de petits gestes, pour soi, en donnant l’exemple, voilà à mon avis l’influence la plus durable. Il y a toujours moyen d’éduquer et de sensibiliser autrui. Chaque individu peut le faire par des moyens simples, selon ses talents et ses forces. Et c’est avec cet esprit que je reprends ma plume et mes crayons…

Lors de ma visite dans la région du Centre du Québec, j’ai  capté plusieurs images. Pendant ce temps, mon amoureux était à la chasse à l’Isle-aux-Grues. Lorsqu’il a vu cette photo d’une oie blanche avec un collier, que je lui avais transmise, il m’a fortement conseillé de déclarer l’oiseau à Environnement Canada. Je l’ai fait parce que je savais que c’était un geste important. Mais je ne me doutais pas que cette action me procurerait plus tard un tel sentiment d’union et d’appartenance. Difficile à expliquer. Les mots ne sont peut-être pas justes. Ils se rapprochent tout de même de l’impression ressentie lorsque j’ai eu la preuve concrète que j’avais contribué à quelque chose de plus grand que moi. En harmonie avec le monde sauvage.

17 mai 2017. Grande surprise ce matin dans ma boîte courriel! Des nouvelles du programme de baguage en Amérique du Nord. Avec un certificat qui me donne le pedigree de l’oie blanche que j’avais repérée. Je trouve cela fascinant d’être ainsi jumelée à un oiseau migrateur et d’avoir un aperçu de son parcours. Aussi, je contribue à l’avancement du travail des biologistes. Je suis plutôt fière de m’insérer dans cette belle chaîne humaine!

« Le baguage est un outil important utilisé pour étudier les mouvements, la survie et le comportement des oiseaux. Depuis 1904, on a bagué en Amérique du Nord approximativement 60 millions d’oiseaux migrateurs provenant de plusieurs centaines d’espèces, approximativement 4 millions de bagues ont été récupérées et rapportées.

Les données de baguage et récupération ont des utilisations multiples: aux fins de suivis de population d’oiseaux, de décision des règlements de chasse pour la sauvagine, de rétablissement d’espèces en danger de disparition, d’études des effets des contaminants dans l’environnement. Ces données sont aussi utilisées dans des dossiers importants comme la grippe aviaire, les dangers posées par les oiseaux dans les aéroports, les problèmes que posent les oiseaux aux terres en culture. Les résultats de projets de baguage sont aussi utilisées dans des programmes nationaux et internationaux de conservation des populations d’oiseaux migrateurs tels que Partenaires d’envol (Partners in Flight), le Programme nord américain de la gestion de la sauvagine, et le programme des milieux humides des Amériques (Wetlands for the Americas) ».

Si vous voyez un oiseau avec une bague ou un collier, vous devez le signaler à Environnement Canada (Service canadien de la faune). Vous devenez ainsi partenaire de cet important programme de coopération!

Et parlant de collaboration… les oies sont réputées pour leur esprit d’équipe et leur grande solidarité. Dans le montage vidéo suivant, vous avez un aperçu de l’organisation des troupes lorsqu’elles parcourent des distances allant jusqu’à 1000 km dans le ciel… Des images qui donnent envie de liberté!

J’ai également déniché pour vous un article qui parle des grandes migrations  sur le site de La Presse, à l’intérieur duquel on indique les endroits les plus populaires pour obeserver les oiseaux migrateurs.

Aussi, un lien vers Faune et Flore du pays, où vous trouverez une description très complète des moeurs de la grande oie des neiges. Ce site est un incontournable pour vous familiariser avec de nombreuses espèces du Canada.

Bon voyage sur les ailes du printemps!

© Hélène Gagnon, tous droits réservés

One thought on “Le grand voyage des oies

  1. Un autre article qui est très plaisant à lire et super intéressant. Un gros merci à toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *