More than human

Petit retour dans le temps pour retracer dans mes notes, le chemin qui a permis à ce tableau « plus qu’humain » de prendre vie. La gestation aura duré huit mois. Bienvue dans l’histoire d’une naissance… sous la pleine lune!

EXTRAITS DE MON JOURNAL

7 mai 2010. J’ai commencé mon premier tableau d’une série sur le cheval. Un dyptique. J’ai utilisé deux toiles entamées qui ne menaient nulle part et je les ai recouvertes de gesso, en laissant un peu transparaître le vécu du dessous. C’est bizarre car au dessus de mon cheval apparaît encore un oiseau (cette fois un hibou). Hier soir je regardais justement un livre sur les chevaux et l’auteur expliquait que les oiseaux sont les amis des chevaux…

18 juin 2010. Photos tirées de mon journal…

Couper-réconcilier copyright

Some

More than human in progress - copyright

Décembre 2010. J’ai entrepris de terminer le tableau du cheval aux pattes coupées. Il traîne depuis juin… Il s’agit de deux toiles recyclées clouées ensemble et j’avais eu l’idée de les séparer à nouveau pour en faire deux tableaux. Mais hier, dans mon élan, après avoir créé un espace pour peindre dans mon atelier, j’ai vu ce que je devais faire. Je n’ai pas séparé les deux toiles. C’est du blanc qu’il fallait. Pour aérer, pour remettre en valeur le cheval ainsi que la silhouette humaine qui se trouve desous. Le hibou était de trop, et le jaune-orangé trop présent. Alors je les ai couverts de blanc. Aussitôt le cheval et l’homme ont repris leur place. Je dis que j’ai couvert de blanc, mais bien entendu pas de façon opaque. On perçoit encore les couleurs, quelques traces du dessous, ainsi que les textures des collages des oeuvres précédentes. Ce dyptique est formé de deux tableaux qui avaient déjà une vie avant…

Les vies d’avant ont leur place…

En ayant créé tout l’espace blanc, je trouvais qu’il y avait un vide au-dessus du cheval. J’ai eu l’idée d’écrire quelque chose. J’ai tout simplement repris un bout de phrase que j’avais découpé dans le magazine « Alternative Medicine » (cette phrase se trouve d’ailleurs collée dans le tableau). « Des parties de nous dépérissent – disparaissent – si nous n’accédons pas à la partie de nous qui est plus qu’humaine« .

Je me suis attardée sur les derniers mots… Plus qu’humain(e). More than human…

J’ai ressenti la pulsion d’écrire avec mes doigts plutôt qu’avec le pinceau. J’écoutais de la musique amérindienne. Je venais de me créer un espace sacré (ça faisait des mois que je n’avais pas touché à mes pinceaux!) alors j’étais dans un mode de re-connexion avec mon côté primitif… J’ai trempé le bout de ma main dans la peinture et j’ai donc tracé les lettres avec mes doigts… Et là, enfin, j’ai eu un sentiment de satisfaction!

7 janvier 2011. Je suis entrée dans l’atelier pour peindre. Deux heures finalement. J’ai rajouté un bout de filet par dessus mon écriture « more than human« . Je trouvais que les lettres étaient trop « noir sur blanc ». Trop contrastantes. L’ajout du coton fromage a fait le travail! Alors là je suis contente. Le tableau est réglé. Final. En tout cas je ne pense pas y retoucher.

19 janvier 2011. La pleine lune éclairait la petite pièce. Je l’ai traversée pour aller chercher quelque chose que j’avais oublié. En passant devant le mur où était accroché le tableau, j’ai pris quelques minutes pour l’observer. Dans l’angle où j’étais placée, le reflet de la lune me pointait clairement une silhouette qui se découpait à travers les textures, derrière l’humain aux bras levés vers le ciel. Cette « ombre » avait les bras à l’horizontale, comme un oiseau qui ouvre ses ailes.. J’ai tout de suite relevé ce que je voyais avec de la peinture blanche! Cela donnait une impression de mouvement. Lorsqu’on regarde l’ensemble, c’est comme si le personnage s’élançait pour s’envoler…ou danser. Ou les deux? Eh bien non, le tableau n’était pas terminé… C’est la lune qui m’a fait voir la touche finale.

More than human… Nous sommes plus qu’humains…

Au début je voyais que le personnage nageait dans les profondeurs de l’eau et que le cheval l’aidait à en sortir. Maintenant je vois que le cheval aide l’homme à s’élever…

14 juin 2013. Je suis allée faire un tour au vernissage d’une galerie qui vient d’ouvrir ses portes non loin de chez moi. Une amie m’a présenté à une autre artiste, une femme que je n’avais jamais vue. J’ai remarqué son regard clairvoyant… Elle nous a montré ses tableaux qui étaient dans le « back store ». Elle m’a demandé si j’avais aussi des tableaux autres que ceux exposés sur les murs. Je lui ai montré « More than human« .

Elle l’a déballé pour le voir mieux qu’à travers un sac de plastique. Elle était séduite! Elle ne comprenait pas pourquoi il ne se trouvait pas sur le mur. Elle fixait l’oeuvre et j’ai senti qu’elle la lisait de bord en bord. J’avais l’impression qu’elle percevait ce qui est dedans mais qu’on ne voit pas nécessairement. Alors je lui ai raconté comment j’avais vu apparaître le personnage avec l’aide de la lune. J’ai fait allusion aux pattes coupées…

Elle a dit:  » Bien non, elles ne sont pas coupées, on les voit en dessous. »

Et elle a ajouté: « Ton cheval nage entre les deux mondes…« 

3 juin 2015. Au moment où j’écris ces lignes, « More than human » n’a pas encore été adopté. Il a fait son apparition dans quelques endroits publics. Il a aussi été hébergé dans le hall d’entrée de la maison dans laquelle j’ai habité tout l’hiver. Mais il aimerait bien voyager vers sa propre demeure. Si vous connaissez quelqu’un qui aimerait le rencontrer, n’hésitez-pas à lui partager cet article. Merci!

© Hélène Gagnon, tous droits réservés

2 thoughts on “More than human

  1. Bonjour Hélène,
    Incroyable, le cheminement que peux prendre un tableau! Le voyage intérieur qu’il procure et les découvertes occasionnés au fil du temps. Celui ou celle qui adoptera ce tableau aura une belle énergie, puissante et créatrice!

  2. Oh que oui la Vie est belle Hélène! Merci de contribuer ainsi à embellir la nôtre par tes œuvres, par tes textes et par ton Être!
    Namaste Xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *