Quitter doucement l’hiver

24 mars 2016. Je marche avec mon chien dans un paysage dénudé où je voulais voir l’horizon. Un pas devant l’autre, dans la couleur neutre du paysage, mes pensées se démêlent. Une neige fine se met à picoter le ciel que des bernaches soudain traversent. L’heure est au compostage.

spring copyright

corneille2 - copyright25 mars 2016. En ce vendredi saint, je laisse consciemment mourir tout ce qui bloque mes poussées vers l’avant. Je demande également que les limitations inconscientes qui se cachent en moi s’envolent. Je débute la saison en mettant de l’ordre dans ma vie et en classant les items que je choisis de garder. Je recycle les choses et les pensées qui ne correspondent plus à qui je suis aujourd’hui. Chaque jour, j’avancerai dans ce processus.

Gratitude pour tout ce qui A ÉTÉ dans ma vie!

La nature, avec ses variations de température, ses passages du brun au blanc, ses détours de vents et de neige qui jouent avec le soleil…me démontre qu’aucune journée n’est identique. J’apprends, comme les animaux, à me laisser surprendre par ses humeurs et à y saisir les opportunités. Je m’exerce à débuter chaque journée avec un esprit neuf. Les frustrations de mon hier n’ont pas à teinter mon présent. Et si elles reviennent, je prendrai le temps de les regarder et de leur permettre d’exister. Ce matin, j’ai observé que c’est en faisant cela que j’ai trouvé la paix.

Gratitude pour tout ce qui EST dans ma vie!

marmotte3 - copyright2

« Ce qui est passé a fui; ce que tu espères est absent; mais le présent est à toi »

– Proverbe arabe

26 mars 2016. Je marche encore. J’avance sur une voie ferrée qui me parle de hantises au sujet de la mort… Pas très joyeux! Je m’autorise à apprivoiser ce que certaines peurs assombrissent. Et je reviens à cette symbolique: il est important de mourir pour naître à autre chose, pour se renouveler… Il était nécessaire de ralentir la cadence pendant la saison froide. S’arrêter fait partie de la roue de la vie.

chemin de fer - copyright

Le paysage semble morne, ainsi dépouillé… Mais il entre dans une phase primordiale de transformation. Tout ce que l’hiver a murmuré sous les glaces se dévoilera bientôt dans le chant de la crue des eaux.

outardeseau2 - copyright

Je marche et je songe à ce que je désire faire naître de mon printemps. Comment vais-je le baptiser? Je marche et tout en continuant d’épurer ce qui entrave mon chemin, je quitte doucement le Nord. La porte de l’Est s’ouvrira bientôt. Je le sais, un rêve me l’a dit.

©Hélène Gagnon, tous droits réservés

One thought on “Quitter doucement l’hiver

  1. Merci chère hélène pour ce texte vibrant et guidant vers l’ouverture…merci pour ces photos pleines de douceurs.
    Je t’aime …je suis une de tes FAN!
    Puis raconte moi ton avancement par rapport à ce que nous avions discuté… Beau samedi xxx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *